Article du dossier : Guide Immoweb : Comment vendre votre habitation au bon prix en 7 étapes ?

Conseils pratiques

Devez-vous vraiment vendre votre habitation ?

Une fois prise la décision de quitter votre habitation, un dilemme reste à trancher : faut-il la vendre ou la mettre en location ? Pour vous aider à choisir, Immoweb a recensé les  avantages et inconvénients des deux formules.

 

 


Vous déménagez à l’autre bout du monde pour des raisons professionnelles ou pour profiter d’un climat plus clément ? Vous vous installez en couple dans l’habitation de votre  conjoint(e)?  Votre logement est devenu trop grand/ trop petit pour votre nouvelle vie ?

Que votre éventuel crédit hypothécaire soit remboursé ou pas, vous n’êtes pas enchaînés à votre habitation. Mais devez-vous vraiment la vendre (Ou plutôt mettre votre habitation en location) ?

 

 

Oui, vous devez vendre…


Si vous souhaitez investir rapidement dans l’achat d’un nouveau bien immobilier et que vous ne disposez pas des fonds nécessaires, la vente peut sembler l’option la plus logique…

 

Si les taux hypothécaires sont élevés


Acheter comptant tout ou partie du nouveau bien grâce à la vente de votre bien précédent permet de limiter, voire de supprimer, les frais d’emprunt (intérêts, frais de notaire sur le crédit hypothécaire, frais d’hypothèque). 

 

Pour limiter les frais de notaire

 

En Wallonie, les droits d’enregistrement dépendent du revenu cadastral du/des immeuble(s) en possession de l’acquéreur : ils s’additionnent en cas de possession multiple et ne peuvent dépasser 745€ pour prétendre à une réduction des droits d’enregistrement à 6% (au lieu de 12,5%). En Flandre, la réduction du droit d’enregistrement (à 5%) et à Bruxelles, l’abattement sur 60.000€ (ou 75000€ en zone EDLR), ne bénéficient qu’aux propriétés uniques. 


Pour ne pas cumuler les précomptes immobiliers et les charges


Certes, garder un bien en location permet de disposer d’une rente mensuelle (loyer), mais le précompte immobilier reste à la charge du propriétaire.

Les autres frais à charge du propriétaire (travaux importants, toit, système de chauffage, ascenseur, par exemple), peuvent également grever lourdement le revenu locatif.


Si vous souhaitez éviter les tracasseries liées à la location

Vendre un bien demande évidemment de se plier à toutes une série d’obligations (établir un certificat de performance énergétique, trouver un acheteur, faire visiter le bien,…), mais elles peuvent en grande partie être réalisées par une agence et n’ont lieu qu’une seule fois.

Pour les locations, chaque fin de bail signifie reprendre à zéro la recherche d’un locataire, l’éventuelle remise en état du bien, etc.


Si la revente est rapide


Si vous revendez votre immeuble dans les deux ans  après son achat, vous pouvez bénéficier d’un remboursement d’une partie des frais de notaire… à condition de ne pas avoir bénéficié de droits d’enregistrement réduit au départ. Mais attention : ce remboursement éventuel n’est pas automatique ! Il faut en faire la demande expresse à son notaire. 

En Wallonie, la « ristourne » se monte à 60%. A Bruxelles, elle est de 36%. En Flandre, on parle de « reportabilité » des droits d’enregistrement : lors d’un second achat d’un bien immobilier, et sous certaines conditions, l’acheteur peut soit bénéficier d’une restitution partielle des droits d’enregistrement du premier bien, soit bénéficier d’une forte réduction sur les droits d’enregistrement du second bien (on dit alors que les premiers droits sont « reportés » et déduits des seconds).



Et vous, qu'en pensez-vous?

Nos partenaires DECORATION et BATIR & RENOVER