Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

OK - En lire plus


Actualité

Primes énergie : ça continue en 2014 !

Dans un contexte de restrictions budgétaires tous azimuts, les primes « énergie » seront néanmoins maintenues dans les 3 régions en 2014. Etat des lieux.

Primes énergie reconduites en Wallonie…

C’est officiel : les primes énergie de la Wallonie seront accordées jusqu'à la fin de la législature, en juin 2014. La nouvelle a été annoncée par la voix d’un responsable du cabinet de Jean-Marc Nollet, ministre wallon en charge de l’Energie.

Depuis 2009, 388.000 primes ont été octroyées.

Les primes rencontrant le plus de succès sont celles destinées à l'isolation des toits.

Quelque 12.101 primes de ce type ont été délivrées en 2012, contre 7.050 en 2008.

Les primes pour l'isolation des murs et des sols sont quant à elles respectivement passées de 738 à 3.632 et de 380 à 1.616 sur la même période.

Parmi les primes prolongées en 2014 : les écopacks (prêt à 0%), les primes pour les chaudières basse consommation ou à condensation, pour l'installation d'un chauffe-eau solaire ou encore pour les châssis et vitrages.

En ce qui concerne ce dernier point, la « prime double vitrage » a été rebaptisée « prime pour le remplacement de menuiseries extérieures ». Si celle-ci existait déjà en 2012, de nombreuses conditions la rendaient difficile à obtenir. Le gouvernement a donc simplifié la procédure d’octroi.

Autre changement : il n’est plus impératif d’avoir habité ou loué la maison pendant 5 ans pour pouvoir bénéficier de cette prime ; les nouveaux propriétaires peuvent donc y prétendre également.

Toutes les infos sur: http://energie.wallonie.be

… Et à Bruxelles

Le gouvernement bruxellois a dévoilé, le 24 octobre dernier, le régime des primes énergie 2014.

Le budget reste inchangé (20 millions d'euros) mais une nouvelle répartition a été trouvée afin d'équilibrer l'offre et d’éviter un épuisement trop rapide de l'enveloppe comme en 2013.

Depuis l’entrée en vigueur des éco-primes en région de Bruxelles-Capitale, en 2004, plus de 150.000 primes ont été accordées, pour un montant d'environ 100 millions d'euros. Ce qui a encouragé les Bruxellois à effectuer pas moins de 650 millions d'investissements pour économiser l'énergie.

Autant de travaux qui ont contribué à la réduction de 21 % des émissions de CO2 de la Région de Bruxelles-Capitale entre 2004 et 2011.

Après une année de flottement, en 2012, suite à l’arrêt des déductions fiscales accordées par le gouvernement fédéral, les demandes de primes ont repris de plus belle en 2013, au point de contraindre les autorités bruxelloises à couper le robinet début juillet 2013, le budget ayant été épuisé…

A noter qu’au top 5 des primes les plus demandées en 2013, on trouve le vitrage super-isolant, l'électroménager performant, la chaudière à condensation, l'isolation du toit et la régulation thermique.

Toutes les infos sur: www.bruxellesenvironnement.be

Flandre : le changement dans la continuité

Depuis le 1er janvier 2012, la Flandre a connu beaucoup de changements. Certaines primes ont disparu (il en est ainsi pour les robinets thermostatiques, l’isolation des tuyauteries, les systèmes de ventilation avec récupération de chaleur…), mais sont remplacées par d’autres, notamment en matière d’isolation.

Ainsi, celui qui isolera sa toiture, ses murs intérieurs ou son sol recevra un bonus de 6€/m2. Pour les murs extérieurs, le montant grimpe à 15 €.

Enfin, l’incitant réservé à l’installation d’une pompe à chaleur, d’une chaudière à condensation ou d’un chauffe-eau solaire sera plus élevé.

Depuis 2013 il y a également des réductions sur le précompte immobilier. Elles sont avantageuses à tous égards, mais les conditions sont beaucoup plus strictes.

A noter qu’à partir de 2014, la réglementation flamande imposera la norme E60 pour les nouvelles constructions. De plus, à dater de ce moment, toutes les constructions neuves devront disposer d’un système d’énergie renouvelable, à moins d’atteindre un niveau de performance 10 % inférieur au niveau E imposé par la réglementation régionale.

Plus d’infos sur www.energiesparen.be

Déduction fiscale pour l’isolation du toit

En revanche, du côté gouvernement fédéral, pas de réactivation des exonérations fiscales, à l’exception de l’isolation du toit qui continue à être gratifiée d’une déduction. Normal puisque la toiture représente 30% des déperditions énergétiques d’un logement.

Vous pourrez donc toujours déduire une partie de la facture des travaux, mais celle-ci est fixée à 30% au lieu des 40% octroyés à l’origine.

Un changement à noter : pour pouvoir prétendre à cette déduction fiscale, il faut désormais impérativement recourir aux services d’un entrepreneur !

Plus d’infos : Service Public Fédéral – Finances

 

Pour connaître le montant et la nature des primes, région par région, téléchargez les pdf ci-dessous.

Source : rédaction Tu bâtis je rénove



Et vous, qu'en pensez-vous?